Archives de janvier, 2008

Sur l’indispensable ContreInfo, on peut lire une interview de Robert Reich qui fût Secrétaire d’Etat (ministre de là-bas) à l’Emploi de Bill Clinton où il détaille scrupuleusement les ressorts du capitalisme qui enrayent la machine démocratique. On peut ainsi y lire, ce qui n’est pas un scoop pour nombre de lecteurs de ce blog mais ça fait toujours du bien d’entendre des experts confirmer, que le « supercapitalisme c’est très bon pour les investisseurs qui maximisent leurs revenus […] » mais que « c’est néfaste à la production de biens publics, à la sécurité de l’emploi, au niveau des salaires, au climat de la planète… ». C’est dit simplement, clairement et sans ambages. Je ne vous conseille pas de souffler ça à Attali parce qu’en ce moment il est un peu à cran…

Il ajoute un peu plus loin que la « responsabilité sociale des entreprises » est un leurre. « C’est de la relation publique. Les entreprises en font juste assez pour maintenir leur image. Il y a là un véritable danger, celui que l’opinion publique finisse par croire que les entreprises ont de réelles préoccupations sociales alors qu’il n’en est rien. En matière d’environnement par exemple, les entreprises ne sacrifient jamais leur retour sur investissement. »

Voilà ce que l’on aurait bien voulu lire dans le « rapport » de la Commission sur la libéralisation de la croissance en France. Parce que c’est bien sympa de nous proposer des décisions – car il est bien précisé dès l’introduction dudit rapport que ce ne sont pas des propositions – pour faire fructifier l’économie mais il serait bienvenu de montrer aussi les conséquences sur les budgets familiaux et l’organisation sociale de ces décisions.

Nous entrons, de fait, dans « l’hyperéconomie » que le même Jacques avait oublié de nous dessiner dans sa « brève histoire de l’avenir » sans apercevoir les bienfaits de « l’hyperdémocratie »!

« Le vieux débat droite-gauche brouille le regard ! Ensuite, nous devons apprendre à pratiquer notre citoyenneté. Il n’y a rien qui puisse remplacer des citoyens qui veulent changer la donne ! », conclue-t-il.

C’est bien ce que je veux montrer ici : Citoyens, résistons!

Publicités