Archives de mars, 2010

Ce n’est pas que j’encouragerais la fraude dans les transports en commun, bien au contraire, mais il y a des matins où l’on se dit qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans l’organisation des contrôles.

Hier, lundi donc : le retour pénible du week-end au travail, dès potron-minet une escouade – et je pèse mes mots – composée de contrôleurs des Courriers de l’Ile de France (C.I.F.) qui, je le rappelle sont grassement subventionnés par la région Île de France et le Conseil général du Val d’Oise, donc l’argent des contribuables – nous -, de contrôleurs de la S.N.C.F. Transilien, rémunérée largement pour ses loyaux services par le Conseil Régional d’Île de France – qui a quasiment intégralement financé la rénovation des R.E.R. D – et de fonctionnaires de police (nationale ou intercommunale, je n’ai pas eu le temps de vérifier ?) – s’est abattue sur le flot des travailleurs matutinaux pour contrôler les titres de transport à la descente du bus et à l’entrée de la gare.

Vous voyez le genre, les C.I.F. contrôlent une première fois les titres et les Transiliens recommencent dix mètres plus loin dans le cas où le travailleur matutinal aurait balancé entre-temps son passe Navigo à 109 €. Toute cette opération sous le regard amical de nos pandores en tenue de combat (celle des manifs, ce doit être donc la police nationale…) pour prévenir toute rébellion ou émeute éventuelle. Á mon avis, ils ont dû résoudre l’affaire Antony Hawat pour être aussi disponibles si tôt le matin !

Moi qui ait franchi la frontière polono-belarus en train, ça m’a rappelé de merveilleux souvenirs. D’autant plus que c’était à peu près à la même heure dans le petit matin encore gris, il ne leur manquait que les fusils-mitrailleurs – à moins que je ne les ai pas vus dans mon demi-sommeil.

Pour un retour de week-end, c’était un tout petit peu stressant mais, bon, on comprend. S’il y a moins de fraude, les tarifs pourront enfin baisser et les transports en commun seront enfin à la portée de tous. Plus de transports en commun confortables = moins de solitaires pollueurs en automobile à moteur diesel ! L’ambiance rafle du Vel d’Hiv’ était peut-être un peu pesante mais c’est le lot de tous les citoyens d’un État de plus en plus policier. Passons !

On prend son mal en patience quand on se rend compte aussi que nous sommes à la fin du mois et que l’objectif de cette opération coup de poing est un message aux resquilleurs patentés et récidivistes : dans deux jours vous pourrez vous procurer un titre de transport tout neuf et vous n’aurez plus rien à vous reprocher la prochaine fois. Vous serez comme les autres, traités comme du bétail dangereux mais vous n’aurez pas d’amende ! Re-passons !

Dans le RER, les conversations vont bon train (!), vous connaissez les français, banlieusards de plus, râleurs, toujours un peu resquilleurs, tout ça est bon enfant et quasi-oublié le soir.

Mais dès le lendemain, aujourd’hui, donc, c’est « retour vers l’enfer » ! Non seulement l’équipe des contrôleurs est de retour, ils ont perdu leurs flics de protection et ils sont d’une humeur massacrante – les voyageurs aussi, forcément ! Pour faire bonne mesure, le bus R1 est en retard et le RER D est en avance ! Et là, ça s’est vraiment gâté quand il s’est avéré qu’en outre les portillons automatiques transiliens – vous savez ceux où une fois sur deux, vous restez bloqué dedans parce qu’il se ferment, brutalement, trop vite et où, si vous avez la taille pas trop fine, vous ne passez carrément pas dedans – ne fonctionnent qu’une fois sur deux et il y en a un carrément en panne !

Vous ne me croirez sans doute pas mais il n’y a pas eu d’émeute à la gare de Fosses-Survilliers, ce matin ni de contrôleur agressé !

Mais peut-être qu’aujourd’hui, les pandores ont mis la main sur les assassins de Antony, ça doit être pour ça qu’ils n’étaient pas là. Faut positiver, non ?!

Publicités